AR [Beta] FR EN

Réunion de la commission mixte algéro-tunisienne: Signature d’un mémorandum de coopération

L'Algérie et la Tunisie ont signé, jeudi 21 décembre 2017, un mémorandum de coopération visant à consolider le partenariat entre les deux pays dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Le document a été signé, au siège du ministère, par le Pr. Tahar Hadjar  Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, , et son homologue tunisien, M. SlimKhalbous, lors de la réunion de la commission mixte algéro-tunisienne de l'enseignement supérieur.

Dans une déclaration à la presse en marge de cette rencontre M. Hadjar a indiqué que «  ce mémorandum vise à consolider la coopération bilatérale dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique, en passant à une nouvelle étape,  à travers «une véritable stratégie pour la prise en charge optimale des préoccupations soulevées, plus particulièrement dans le domaine de la recherche scientifique, et l'élaboration de programmes communs de recherche encadrés de manière bilatérale»,

Par ailleurs M. Hadjar a révélé que les deux parties ont abordé, a cette occasion, les possibilités d'établir des liens plus approfondis entre les départements universitaires, notamment par l'organisation de sessions de formation et de mobilité ainsi que d'échange d'expériences.  En indiquant « Il est urgent d'approfondir la réflexion sur les méthodes de renforcer la coopération entre universités des deux pays et de définir les domaines prioritaires de coopération»

Il a tenu à rappeler que l'Etat algérien  consacre une importante enveloppe budgétaire, à savoir, «1,4 milliard de dollars pour l'université, notamment  à la recherche scientifique». L'Algérie compte renforcer sa position en donnant plus de moyens à la recherche et diversifier son économie basée essentiellement sur les hydrocarbures et donner plus de valeur aux produits locaux en limitant l'importation de certains produits de luxe», a-t-il ajouté.

S'agissant de la réunion de la commission mixte algéro-tunisienne, M. Tahar Hadjar a indiqué que c'est là une occasion de pousser de l'avant les relations bilatérales entre les deux pays. « Cette rencontre devrait être un espace d'échanges et de concertation sur les thèmes de la recherche scientifique et de discuter des problématiques majeures pour assurer la qualité de l'enseignement dans un contexte marqué par l'introduction des nouvelles méthodes d'enseignement», a-t-il dit, tout en appelant les responsables de son secteur à accorder un intérêt particulier aux technologies de pointe.

De son côté, le ministre tunisien, M. SlimKhalbous a mis en avant la nécessité de renforcer la coopération bilatérale dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et de la hisser à un niveau stratégique et institutionnel en termes d'échange d'étudiants et d'enseignants et d'expériences de manière générale, notamment dans le domaine du soutien et du financement des programmes communs de recherche scientifique. « Plus de 100 conventions de coopération dans le domaine de la recherche scientifique ont été signées entre l'Algérie et la Tunisie. Les deux pays ambitionnent d'approfondir les relations de coopération dans le domaine universitaire en organisant des rencontres annuelles», a-t-il dit.

Le responsable a indiqué que son institution est tout à fait disposée à renforcer et à multiplier ses échanges par l'envoi d'experts dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique et à accroître ses projets de formation à l'égard de l'Algérie qu'elle considère comme un important pays. D'ailleurs, il affirme que dans le cadre de ce mémorandum de coopération, il est convenu aussi de favoriser la mobilité des doctorants ainsi que la multiplication des échanges de délégations entre les établissements universitaires d'Algérie et de Tunisie.
 

M. Khalbous a mis l'accent également sur l'importance de mettre en place un plan stratégique pour mettre en adéquation les diplômés universitaires et le monde du travail. « Cette convention a porté sur d'autres domaines, notamment celui de l'employabilité, de l'adéquation de la formation aux besoins du secteur socioéconomique et ce, afin d'améliorer nos méthodes de production et les mettre aux normes internationales»,

Il est à noter qu'avant l'ouverture des travaux de la commission mixte Algéro-tunisienne, les deux ministres ont eu un entretien  au cours duquel, ils ont passé en revue l'état des relations bilatérales et noté avec satisfaction le niveau de coopération en matière d'enseignement supérieur  et de recherche scientifique.