AR [Beta] FR EN

MM. Hadjar et Zemali président l'ouverture des travaux de la 1ère rencontre regroupant les médecins-prescripteurs et les praticiens conseils

Le Pr. Tahar Hadjar Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en compagnie M .Mourad Zemali Ministre du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité Sociale, ont procédé mardi 17 juillet 2018 au niveau de l'Ecole Supérieure de la sécurité Sociale à l'ouverture des travaux de la 1ère rencontre ayant regroupé les médecins-prescripteurs et les praticiens conseils relevant des organismes de la Caisse Nationale des Assurances Sociales des Travailleurs Salariés (CNAS).

Lors de son intervention  M. Hadjar a révélé que le secteur "a entamé une révision des programmes dans nombre de spécialités, à l'instar des branches de la médecine et de la médecine vétérinaire afin de les adapter aux exigences des métiers".

"Les nouveaux programmes d'étude en médecine devraient être enseignés dès la prochaine année universitaire", a fait savoir M. Hadjar, relevant que cette opération, qui consiste à "réviser les programmes d'étude dans la branche médecine", a notamment pour objectif de "moderniser le système de la formation en médecine, passer de la formation quantitative en médecine à une formation qualitative pour répondre aux besoins et adapter les programmes à la transition épidémiologique et aux développements scientifiques dans le domaine médical", outre la "relance de la coordination intersectorielle entre les ministères de l'Enseignement supérieure, de la Santé, de la population et de la Réforme hospitalière et du Travail, de l'Emploi et de la Sécurité sociale", "la prise en charge des insuffisances pédagogiques et organisationnelles enregistrées" et "préserver les acquis réalisés".

A noter que la rencontre a pour objectif de  susciter le débat sur les économies de la santé et l'échange d'expériences entre les médecins traitants et les praticiens conseils relevant des organismes de la sécurité sociale autour des moyens à même d'améliorer la prise en charge sanitaire des citoyens, tout en rationalisant les dépenses en termes de remboursement des ordonnances médicales et des congés de maladies.

De son côté M. Zemalia mis en avant, à cet égard, "le rôle efficace de la recherche scientifique comme l'un des plus importants mécanismes de réforme qui contribuent à l'économie de santé et à la recherche de nouveaux moyens pour développer la prise en charge médicale", appelant, dans ce sens, à "intensifier les efforts en matière d'information et de sensibilisation pour convaincre davantage de citoyens que la souscription aux assurances sociales leur profite en premier lieu".