AR [Beta] FR EN

M. Hadjar reçoit le Directeur Général de l’Institut « Cervantès »

Le Pr. Tahar Hadjar Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique a reçu lundi 04 mars 2019 au  siège de son département ministériel, une délégation espagnole conduite par le Directeur Général de l'Institut  « Cervantès » M. Luis García Montero

Au cours de cette audience, les deux parties ont examiné les possibilités de renforcer davantage la coopération universitaire entre l'Institut « Cervantès » et les universités algériennes. Une coopération qui s'est accentuée et densifier notamment après la tenue de la haute commission mixte algéro-espagnole le 03 avril  2018. 

En effet, on a recensé plus d'une centaine (108 au total) d'accords et conventions ont été signés entre les universités algériennes et établissement espagnols permettant ainsi à plus 1050 doctorants et chercheurs algériens de se former et fréquenter les différentes universités et centres de recherches espagnols.

Dans ce cadre, il est à noter  que  L'Espagne demeure l'un des plus importants partenaires européens de l'Algérie en matière d'enseignement supérieur et de recherche scientifique, puisque l'on signale la Co-publication de plus de 1260 articles de recherche dont 221 travaux de recherche durant l'année 2017.  Ajouté à cela l'existence de deux  mémorandums d'entente constituant de ce fait un ancrage juridique à d'autres accords notamment dans le domaine de recherche scientifique où la Direction Générale de la Recherche Scientifique et Technologique (DGRST) a signé des accords avec ses homologues  espagnols pour d'éventuels regroupements des chercheurs des deux pays dans différentes disciplines et filières scientifique à l'exemple du projet de recherche en bactéries lactiques en sciences appliquées  .

Lors de cette rencontre M. Le Ministre a aussi  sollicité la partie espagnole pour l'ouverture d'un institut Cervantès au niveau de la ville de Constantine où la région « EST » du pays, qui malgré,  son nombre élevé d'étudiants et d'établissements universitaires, accuse un déficit en matière de pareille institution pour l'enseignement de la langue et civilisation espagnole.  En réponse, la partie espagnole a manifesté son entière disponibilité pour la cancérisation d'un tel projet et ce,  dans les plus brefs délais.