AR [Beta] FR EN

Le Pr. Chitour préside les travaux d'une rencontre de concertation avec les chefs des établissements universitaires et responsables pédagogiques

Le Pr. Chems. Eddine Chitour Ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche Scientifique, a procédé le lundi 24 février 2020 au siège du Ministère à l’ouverture des travaux d'une rencontre de concertation avec les chefs des établissements universitaires et responsables pédagogiques.

Lors de son intervention,  M. le Ministre a indiqué que "l'université sera bientôt dotée d'un statut particulier consolidant les valeurs scientifiques et consacrant l'indépendance de l'acte pédagogique", et ce dans le cadre de l'objectif tracé pour le secteur par le Président de la République, Abdelmadjid Tebboune en vue d'ériger l'université en "un espace d'enseignement, d'ouverture et d'innovation".

            A cette occasion, le ministre a fait état de l'installation prochaine de "commissions pédagogiques nationales" dans chaque spécialité à l'effet d'améliorer le niveau sur le double plan, quantitatif et qualitatif, avec l'objectif d'ériger l'enseignant en acteur principal dans le secteur.

Pour le Pr. Chitour, les efforts doivent être axés sur la pédagogie à travers le renforcement des normes scientifiques et de la rigueur, ces deux facteurs étant les principaux critères en matière d'enseignement supérieur et de recherche scientifique. De même qu’il a mis l'accent,  sur l'impérative réhabilitation et valorisation de la formation continue dans le but de renforcer le rôle de l'université au sein de la société et lui permettre de capter des ressources particulières lui permettant de devenir progressivement un levier important en matière de formation.

Dans le domaine de la recherche scientifique, le ministre a fait état de la relance des " pôles d'excellence" en lien avec les métiers de l'avenir, sous forme d'écoles supérieures devant être implantées dans la ville nouvelle de Sidi Abdallah. Il s'agit notamment, poursuit le ministre, de l'intelligence industrielle, du développement durable, comme première étape et de certaines spécialités, à l'instar des sciences médicales et les sciences économiques et ce, en vue de répondre aux besoins de la société,  ajoutant qu'il "était temps que l'Algérie dispose d'un pôle de connaissance  ".

L'université est censée "fournir des centres de recherche pour développer les talents des étudiants", a rappelé le ministre, appelant les recteurs à reprendre les actions pédagogiques, une fois leurs missions administratives accomplies.

Sur le plan de la gouvernance, le ministre a mis en exergue l'importance de rationaliser l'utilisation des capacités et moyens du système de la formation et de réunir les conditions nécessaires qui permettent une exploitation optimale des infrastructures universitaires, et préparer, partant, le secteur à accueillir quelque 3 millions d'étudiants à l'horizon  2030.