AR [Beta] FR EN

M. Benziane prend part à la réunion des ministres arabes de l'Enseignement Supérieur

Le Pr. Abdelbaki Benziane Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique, a pris part mercredi 23 septembre 2020 par visioconférence, aux travaux de la réunion des ministres arabes de l'Enseignement Supérieur et de l'Organisation Arabe pour l'Education, la Culture et les Sciences (ALESCO) sur le thème "adoption d'un document de développement de l'enseignement dans la Monde arabe".

Lors de  son allocution M. Le ministre a passé en revue  les acquis réalisés par l'Algérie dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche scientifique. Dans ce cadre,  le premier responsable du secteur a fait savoir que le réseau universitaire actuel en Algérie "compte 109 établissements universitaires (universités et écoles supérieures) et 36 centres de recherche". Quant au nombre d'étudiants attendus cette année, M. Benziane a fait état de 1.650.000 étudiants encadrés par un corps enseignant composé de 61.100 enseignants chercheurs. Le ministre a, par ailleurs, souligné que l'épidémie de coronavirus "nous a incités à développer de nouvelles méthodes d'enseignement via les plateformes numériques et le télé-enseignement. Dans cet ordre d’idées M. Le Ministre  a fait part d’une série de propositions notamment  l'introduction des nouveaux métiers pour cadrer avec le développement socioéconomique de nos pays arabe à long terme, à l'instar de l'intelligence artificielle, l'internet et la robotique, et ce pour améliorer la qualité de l'enseignement".

"Les programmes d'enseignement doivent répondre aux standards internationaux, à la faveur des formations assurées par les écoles supérieures de formation de l'élite", a-t-il dit.

Dans ce cadre, M. Benziane a insisté sur l'impératif d'aller vers une "école sans cartable", ajoutant que "les groupements numériques sont des défis imposés par le développement des Technologies de l'information et de la communication (TIC) pour accéder, en toute sécurité, aux sociétés du savoir".

Le ministre a insisté sur l'impérative "amélioration de la gestion des établissements d'enseignement et de recherche pour passer de la gestion basée sur l'approche administrative à celle tournée vers le management" et  "l'ouverture de l'enseignement dans le monde arabe sur la dimension humaine mondiale". Il a également proposé "la mise en place de mécanismes d'appui aux Etats arabes qui en ont le plus besoin, notamment la création de l'infrastructure nécessaire, le financement des travaux de recherche et l'octroi de bourses d'étude, tout en encourageant les partenaires socio-économiques et industriels à financer la recherche scientifique".