« Retour

M Tahar Hadjar rencontre les membres du Bureau National du Syndicat des Chercheurs Permanents (SNCP)

Le Pr. Tahar Hadjar Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique  a présidé le jeudi 25 janvier 2018 au siège de son département ministériel une réunion  avec les membres du bureau national  du  Syndicat National des Chercheurs Permanents (SNCP) au cours de laquelle nombre de dossiers ont été examinés.

Dans une déclaration à la presse en marge  de cette  rencontre, M. Hadjar a indiqué que "certaines préoccupations soulevées par les membres du bureau national  du SNCP, avaient été prises en charge tandis que d'autres sont en cours de règlement", soulignant que certains points, soulevés pour la première fois au cours de cette rencontre, seront examinés en vue de prendre les décisions idoines". Parmi les préoccupations en cours de règlement, le ministre a évoqué la question des grades en voie de disparition et dont les cas sont très peu nombreux et relèvent de l'ancien système". 

Abordant le dossier du logement qui figure parmi les problèmes soulevés par le SNCP, le ministre a indiqué que des "solutions partielles" existent et que ce dossier sera "pris en charge progressivement avec les parties concernées à travers le pays".  

M. Le Ministre Hadjar a rappelé par ailleurs que cette rencontre s'inscrivait dans le cadre des rencontres cycliques, organisées chaque trimestre avec les différents partenaires sociaux et organisations estudiantines, afin de prendre connaissance de leurs problèmes et évaluer les progrès réalisé

Pour sa part, le Secrétaire Général du SNCP, M. Zoghbi Smati, a affirmé que le problème majeur des chercheurs permanents, est celui du logement, d'autant, a-t-il dit que "le chercheur permanent n'ouvre pas droit aux différentes formules de logement en raison de son salaire qui ne répond pas aux conditions d'éligibilité auxdites formules". 

Par ailleurs le SG du SNCP, la révision du statut particulier du chercheur permanant et l'élaboration d'un statut aux normes internationales permettant de recruter que des chercheurs titulaires d'un doctorat, pourraient créer "un problème par rapport à une minorité de chercheurs qui n'ont pas ce titre".  Dans ce cadre, M. Zoghbi Smati a appelé le ministère à encourager cette catégorie à suivre une formation doctorale, pour supprimer définitivement les "postes en voie de disparition".