« Retour

APN/ M. Tahar Hadjar répond aux questions des députés de la commission de la jeunesse, des sports et de l'activité associative

Lors de la présentation d'un exposé sur le sport universitaire devant la commission de la Jeunesse, des sports et de l'activité associative de l'Assemblée populaire nationale (APN), le dimanche 21 janvier 2018, le Pr. Tahar Hadjar, Ministre de l'Enseignement Supérieur et de la recherche Scientifique a annoncé « une série de mesures pour le développement du sport universitaire, portant essentiellement sur la sensibilisation des étudiants à la pratique du sport et à l'élaboration d'un programme annuel au niveau de tous les établissements universitaires, englobant toutes les activités sportives, individuelles et collectives».

Il s'agit également de «l'encouragement de la création d'associations et de clubs sportifs au niveau des établissements pédagogiques et des résidences universitaires, de l'organisation de sessions de sport universitaire, en forme de championnats, aux niveaux régional et national, à travers la relance des compétitions sportives, en coordination avec la Fédération algérienne du sport universitaire, en vue de déceler de nouveaux talents, qui représenteront l'Algérie lors de compétitions régionales et internationales.

Dans ce contexte, Monsieur le Ministre  a insisté sur «l'importance d'intégrer les structures sportives dans les infrastructures pédagogiques de base devant être réceptionnés annuellement par le secteur». La stratégie du secteur vise à «développer la vie estudiantine dans tous les domaines et encourager la création d'espaces pour les activités scientifiques , culturelles, sportives et de loisirs dans les établissements et résidences universitaires», a indiqué le ministre.

«L'adhésion des étudiants aux associations culturelles et sportives et clubs scientifiques est primordiale au vu de l'incidence positive sur le niveau d'études et les capacités physiques», a-t-il ajouté, indiquant que le Secteur a créé des structures sportives dans la majorité des établissements pédagogiques et résidences universitaires, dotées d'équipements modernes».

Les interventions des députés ont porté pour la plupart sur «le manque de structures et d'équipements dans ces centres et résidences universitaires et l'absence d'encadrement humain en dépit des milliers de diplômés en la matière chaque année».  Ils ont également évoqué «l'absence du sport universitaire  au niveau régional africain  et international ».